Le samedi à 14h00

Olivier Godin – Sur le pas de ma porte

Peut-être faut-il être allé au bout du monde pour prendre conscience que nous disposons, ici en France, d’un patrimoine naturel et culturel d’une richesse exceptionnelle. Après avoir traversé l’Afrique à tandem avec sa compagne, Olivier Godin est remonté en selle pour un périple en solitaire à la découverte des merveilles et de l’exotisme de son propre pays. Son leitmotiv : montrer que l’aventure n’est pas une affaire de lieux, mais de regards que l’on jette sur le monde qui nous entoure, tant aux confins d’un continent que sur le pas de notre porte ; montrer que l’aventure n’est pas

une affaire de lieux.

Depuis le coin de sa rue, à Lyon, le jeune cyclo-voyageur a mis le cap sur les sommets qui constituent sa ligne d’horizon puis s’est laissé guider à travers les cinq massifs montagneux majeurs de l’Hexagone (Jura, Vosges, Massif Central, Alpes et Pyrénées). Un périple de 6000 kilomètres sur les routes du ciel, une aventure de proximité en 55 étapes au fil des itinéraires touristiques les plus époustouflants de France et des ascensions mythiques de la Grande Boucle, du Galibier, au Tourmalet en passant par le Grand-Colombier.

 

Parenthèse en altitude

Sans franchir de frontières, Olivier a découvert entre Larzac et Aubrac, entre Pays-Basque et Béarn, entre Dévoluy et Champsaur, un monde à part, celui des villages hauts-perchés, des grands espaces et des vallées isolées.

De cette échappée solitaire en altitude, il ramène un film qui dévoile les petits bonheurs de cheminer à vélo et fait la part belle aux valeurs du terroir, aux traditions rurales et à la diversité de notre patrimoine naturel, culturel et historique.

« Sur le pas de ma porte », carnet de bord en paroles et en images, est une invitation à prendre la route et à découvrir les

trésors qu’elle recèle : du comté affiné dans les caves du Jura au roquefort patiemment mûri dans les souterrains des Causses, du passé camisard des Cévennes à l’héritage des résistants du Vercors, de la beauté indolente des volcans d’Auvergne aux pics acérés des Pyrénées, du viaduc de Millau aux routes aériennes du Royans. Grimper toujours, car c’est dans l’effort que le voyage prend du relief, privilégier les chemins de traverse, car c’est de l’intimité avec la nature que nait l’aventure, s’émerveiller des teintes du lever du soleil et de la majesté de la montagne, car c’est là l’unique richesse du voyageur à vélo, voilà le message que délivre ce témoignage capté à chaud sur le bord de la route.

Pour la dernière étape de ce périple montagnard, Olivier retrouve Adeline, sa compagne, et le tandem qui les avait portés jusqu’au cap de Bonne-Espérance. Pas de continent à traverser cette fois, mais un massif abrupt et sauvage : les Pyrénées.

D’Hendaye à Argelès, le couple chemine sur la dorsale qui relie l’Atlantique à la Méditerranée, une parenthèse en altitude entre deux plages, pour renouer, le temps de quelques jours, avec l’esprit de partage et d’aventure qui les animait en Afrique.

 

Le voyage en chiffres :

Total étapes : 55 (44 seul, 11 à tandem)

Total km : 5830 (4998 seul, 832 à tandem)

Total dénivelé : 119806 (97575 seul, 22231 à tandem)

Vitesse moyenne : 17,1 (17,5 seul, 14,6 à tandem)

Distance moyenne : 106 (113 seul, 76 à tandem)

Dénivelé moyen : 2178 (2218 seul, 2021 à tandem)

Total cols : 214 (175 seul, 39 à tandem)

 

www.vascomag.fr

Salle des fêtes